Les bénéficiaires de Kinyinya vers une autonomie financière grâce au projet NUREM

Le projet NUREM initié par le Service Yezu Mwiza (SYM) a pour but d’améliorer le bien-être des personnes vulnérables vivant avec le VIH/Sida et leurs familles.

Par ce projet le SYM, veut renforcer les capacités économiques à travers une série de micro-projets générateurs de revenus appelés aussi Activités génératrices de revenus (AGR) afin de les rendre autonomes.
Les champs d’amarantes de Rukaramu pour les bénéficiaires de kinyinya
«Grace aux activités génératrices de revenus à travers le projet NUREM, le SYM nous a fait sortir de nos pensées de stigmatisation mais aussi nous prépare à devenir autonome en travaillant ensemble afin de mieux subvenir à nos besoins et à ceux de nos familles ». Pascasie bénéficiaire du projet.

Le SYM a pris conscience que la protection des droits des enfants passe par la prise en charge de leurs besoins élémentaires par les familles qui doivent de ce fait mobiliser des ressources permanentes pour assurer la protection de leurs enfants ,assurer leur éducation et préserver leur santé.
« Une partie des revenus issus de notre culture d’amarantes me permettent de payer la scolarisation de ma fille qui étudie dans une école privée et une autre partie nous essayons de rembourser le crédit». Odette bénéficiaire du projet
un champ d’amarantes de Gihogo pour les bénéficiaires de kinyinya: Ibrahim,Pascasie,Aline les propriétaires de ce champs et jeanine Nduwayezu Responsable en charge du suivi des AGRs
« Ce projet a beaucoup changé ma vie, avant j’allais travailler pour les autres, aujourd’hui je travaille à mon propre compte. En plus de ça comme je n’ai pas encore ma propre maison, ces revenus me permettent de payer le loyer et aussi d’assurer les besoins fondamentaux de ma famille ». Ibrahim bénéficiaire du projet

Signalons que ces groupes de bénéficiaires de kinyinya se sont lancés dans la culture des amarantes à Gihogo et Rukaramu, une sorte de légumes qui durent seulement trois semaines pour commencer à donner de la récolte.
Ils nous ont témoigné qu’au moment de la récolte, ils prennent une partie pour la consommation et vendent une autre partie pour générer des revenus qui servent à rembourser le crédit et subvenir aux besoins de leurs familles respectives.

FACEBOOK

Nos partenaires