Bujumbura : A la quête des perdus de vue à kirombwe

Les patients vivant avec le VIH qui ratent trois rendez-vous médicaux successifs sont désignés comme « perdus de vue » par leur centre de prise en charge. Cependant, le devenir de ses patients est incertain. Ces patients sont-ils décédés? Reçoivent-ils des soins ailleurs? Ou ont-ils tout simplement interrompu leur traitement?

C’est dans cette optique que deux médiateurs de santé du Service Yezu Mwiza se sont rendus à Kirombwe en date du 25 juin 2019 dans la commune Kanyosha, province Bujumbura chez un PVVIH qui venait de passer 8 mois sans traitement ARV. Les chemins pour se rendre au domicile de ces bénéficiaires sont parfois durs à emprunter mais cela n’empêche pas les médiateurs de santé d’atteindre leur but.
médiateurs de santé dans la quête des pvvihs perdus de vue à Kirombwe
« Ça a été tellement dur pour arriver au domicile de ce bénéficiaire, mais on devrait absolument connaitre les raisons qui lui ont poussé à interrompre le traitement. Arrivés chez lui, on nous a bien accueillis, et nous avons constaté que la personne en question avait eu un accident et s’est cassé la jambe. L’alitement selon lui l’a empêchée de retourner au SYM pour l’approvisionnement en médicaments. Nos conseils pour l’observance thérapeutique l’ont poussé à accepter de revenir au SYM pour les examens et de reprendre le traitement». affirme Madame Elisabeth, Médiateur de santé au SYM.

En effet un PVVIH sous traitement ARV pendant une durée de 6 mois sa charge virale devient indétectable, ce qui implique qu’il ne peut plus contaminer les autres partenaires sexuels. Un patient qui suit bien son traitement réduit aussi le risque de contracter les maladies opportunistes et par conséquent le décès lié au VIH.

FACEBOOK

Nos partenaires